• Général Louis FRIANT

    Louis FRIANT

     

    Général de division

    Comte d'Empire

    Grand Croix de la Légion d'honneur

    Commandeur de la Couronne de Fer

    Commandeur de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis

    Chambellan de l'Empereur en 1813

    Général Louis FRIANT

    Né le 18 septembre 1758 à Morlancourt (hameau de Villers-le-vert), département de la Somme.
    Décédé le 24 juin 1829 à Seraincourt (près de Meulan 95).



    Son père modeste cirier, le destinait à la même profession et le mit en apprentissage à Amiens ; la vue des exercices militaires révéla sa vraie vocation et en 1781, il partit s'engager à Paris dans les gardes françaises.

    Il devint sous-officier instructeur après 18 mois de services. En 1787, il abandonne la carrière des armes, il faut attendre la Révolution en 1789 pour le revoir volontaire dans la garde nationale de Paris. Il est promu lieutenant-colonel du bataillon de l'arsenal et affecté à l'armée de Moselle, participant aux batailles d'Arlon, au siège de Charleroi, à Fleurus ...

    Remarqué par Schérer, il devient son chef d'Etat-major en 1794. Nommé général de brigade, il sert sous Kléber en 1794, puis il est nommé gouverneur du Luxembourg en 1795, muté ensuite à l'armée de Ambre-et-Meuse. Il suit la division Bernadotte en Italie en 1797. Il fait la campagne d'Egypte et commande une brigade de la division de Desaix qui devient son ami, il fit des prodiges de valeur à la bataille de Sédiman, aux pyramides, à Samanhout, à Aboukir où les anglais furent témoins de son intrépidité, vainqueur également à Aboumanali en février 1800.

    Lorsque Desaix quitte la Haute-Egypte, il lui laisse le commandement, nommé général de division, il est à Héliopolis et participe aux dernières opérations dans le delta, il rentre en France à la fin 1801. A partir de 1803, il va commander une des trois divisions de "fer" de Davout, elles garderont une discipline et un allant admirés par le reste de l'armée et ce même aux heures les plus sombres de l'épopée.

    Grand aigle de la Légion d'Honneur en 1805, il se signale à Austerlitz, Auerstadt, Golomyn et à Eylau où il est blessé. Comte d'Empire en 1808.

    Général Louis FRIANT

     


    Il est Ratisbonne en 1809, à Essling, à Eckmühl, à Wagram où il est blessé par un éclat d'obus à l'épaule.

    Dans la campagne de Russie en 1812, il participe à la victoire et à la prise de Smolensk où il fut une nouvelle fois blessé, ainsi qu'à la Moskowa, plus grièvement. Il reçoit le titre très envié de Colonel commandant les grenadiers à pied de la Vieille Garde. Chambellan de l'Empereur à son retour en France.

    Général Louis FRIANT

    Reception du général Friant nommé colonel-commandant les grenadiers de la Garde 8 août 1812

    Général Louis FRIANTartillerie du général Friant à Borodino en 1812

     


    Il assista ensuite à toutes les actions où la Vieille Garde figurait pendant la campagne d'Allemagne de 1813, à Dresde, Leipzig, Hanau ... la campagne de France en 1814. Il est maintenu dans la garde du roi sous la Restauration, il se rallie à Napoléon lors des Cent-Jours, nommé Pair de France le 2 juin 1815.
    Il couronne enfin ses exploits à Waterloo où il se bat jusqu'au bout avec la Garde Impériale, arraché tout sanglant du champ de bataille et ramené dans la voiture même de l'Empereur !
    L'ordonnance du 1er août 1815 le mit à la retraite et il se retire définitivement dans son château de Gaillouet à Seraincourt avec sa seconde épouse Louise-Françoise-Charlotte-Leclerc,qui était la belle-soeur du maréchal Davout.
    Il y décédera le 24 juin 1829.

    * Son fils Jean-François Friant, né le 12 mars 1790 à Paris et décédé le 14 mars 1867, fut général de division et aide de camp du roi Louis-Philippe.

                                                                    

    Général Louis FRIANT

     

     

    Général Louis FRIANT

    Sa sépulture au cimetière de Seraincourt (Val d'Oise)



    L'Empereur connaissait les talents militaires du Général et avait avec lui plus de familiarité qu'avec ses maréchaux ... Napoléon disait de lui "blessé dans maints combats, il n'attendit jamais son entière guérison pour reparaître à la tête de ses soldats, dignes d'un tel chef" ...

    Un des meilleurs généraux de l'Empire, excellent tacticien.

    Général Louis FRIANT

    Stèle à Morlancourt à l'emplacement de l'ancienne église de Villers-le-Vert

    Général Louis FRIANT

    prestation de serment


  • Commentaires

    1
    Lundi 20 Janvier 2014 à 17:43

    Bonjour/soir l'ami

    Je te souhaite en passant une bonne semaine... je decouvre ton blog  avec plaisir ! 

    Bien amicalement 

    Gérard  

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :