•  Le 18 juin 1803 Napoléon Bonaparte alors Premier Consul vint à Saint-Valéry-sur-Somme pour visiter la Côte.

    Le 26 mai 1810, l'Empereur visite les travaux du canal de la Somme.

    * Visites de Napoléon à Saint-Valéry-sur-Somme

    Le creusement du canal avait commencé en 1786 et n'avait repris qu'en 1803, mais en 1808 il est en guerre avec l'Espagne, il, fera venir 400 prisonniers pour servir au creusement du canal.

    Ils étaient parqués à la ferme de " La Bouillarderie" au bord de la Somme, dans des conditions déplorables, à tel point que la ferme sera rebaptisée " La Pouillarderie'.

    Il logea dans cette maison

    * Visites de Napoléon à Saint-Valéry-sur-Somme

    * Visites de Napoléon à Saint-Valéry-sur-Somme

     

     

     


    votre commentaire
  • Dans le petit cimetière de Villeroy  qui est un hameau de Vitz-sur-Authie (canton de Crécy-en-Ponthieu) repose la comtesse Léon, épouse du comte Léon, premier fils naturel de Napoléon 1er, fruit des ses amours avec une dame d'honneur de l'impératrice : Eléonore Denuelle de La Plaigne.

    L'acte de naissance de Léon indiquera simplement "de père absent", Quand Eléonore voulut appeler son fils Napoléon, l'empereur en décida autrement : "Léon seulement" .

    Plus tard Léon épousa la fille d'un jardinier, la couturière Françoise Jonet, ils eurent trois fils et une fille Charlotte qui fut institutrice à Villeroy .

    Veuve du comte Léon, Françoise Jonet vint finir ses jours à Villeroy auprès de sa fille.

    C'est là qu'elle mourut et fut inhumée en 1899,âgée de 68 ans, dans une tombe de terre.

    Les restes de la comtesse furent exhumés dans les années 1960, à la demande d'une demoiselle en retraite et ancienne journaliste au Figaro (Mlle Ledé), et déposés dans un caveau sur lequel on peut lire l'épitaphe suivante, rétablie par le Souvenir napoléonien : "Ici repose la comtesse Léon, belle-fille de Napoléon 1er, décédée à Villeroy le 12 mars 1899, épouse du comte Léon, fils naturel d'Eléonore de La Plaigne et de l'Empereur qui lui donna les deux dernières syllabes de son nom "

    * Ici repose la belle-fille de Napoléon 1erEléonore Denuelle de La Plaigne

    * Ici repose la belle-fille de Napoléon 1er

    * Ici repose la belle-fille de Napoléon 1er


    votre commentaire
  • Buigny-Saint-Maclou : tant de souvenirs d'orme ici
    Napoléon 1er a fait un passage remarqué dans cette petite commune,témoin de l'époque:un arbre.


    Des milliers et des milliers d'automobilistes empruntent la R.N 1 en direction de Boulogne,chaque année.Bien peu se soucient d'un vieux tronc d'arbre d'environ 2m,surmonté d'une plaque de marbre,situé à l'entrée de la commune de Buigny-Saint-Maclou.
    Et pourtant,voila de nombreuses années,un hôte illustre s'arrête sous sa frondaison...
    Le 30 messidor an XII (19 juillet 1804),l'empereur Napoléon 1er s'arrêta à cet endroit (pour faire pipi dit-on).
    D'après un article paru dans " le journal de Rouen " en date du 7 thermidor an XII,la réalité fut tout autre.
    Sur la route du camp de Boulogne,l'empereur après avoir relayé à Abbeville vers 6h du matin,reprit la route.Arrivé à une demie lieue au-delà d'Abbeville,il ordonna aux voitures de s'arrêter devant une chétive maison,dépendant de la commune de Buigny-Saint-Maclou,occupée par la famille Destalmesnil.Le maître des lieux était tout à la fois maréchal-ferrant et cabaretier.
    L'habitation fut aussitôt entourée par l'escorte,le brave homme ignorant ce qui lui arrivait,considéra qu'en ces circonstances,la fuite était la meilleure issue,il alla tout droit dans le charbonnier pour s'y cacher.
    Son épouse aurait bien voulu en faire autant,mais le temps lui manqua.
    Un soldat se présenta à elle et lui posa une question qui la laissa dubitative : "avez-vous une vache ? " .
    Elle répondit alors qu'elle en avait une.On lui confia une casserole prise dans l'une des voitures et on la pria de traire la bête.
    Les gens de l'escorte prirent le lait,le firent bouillir et le mélangèrent à du café tout préparé.
    C'est alors que l'empereur sortit de sa voiture pour se rendre près d'une table dressée à son intention près de la porte.Assis sur un pliant,Napoléon déjeuna ainsi.Une fois sa collation avalée,il fit appeler la maître de la maison.
    Après de délicates recherches,on le retrouva toujours caché,on l'amena vers les voitures.Peu rassuré notre homme tenait d'un bras raide son bonnet rouge près de son oreille.
    L'empereur l'accueillit,le remercia du gîte qu'il lui avait donné et lui fit remettre 60 francs.
    Plusieurs descendants de cette famille continuèrent à être maréchal-forgeron sur cette route.La forge disparut après la grande guerre.
    Sur cet arbre qui s'élevait autrefois à environ 10 m de haut,fut scelléé une plaque le 27 juillet 1963,comme l'avaient désiré les élus municipaux.
    Ainsi cette journée historique resterait à jamais marquée.
    Hélas l'orme vieux de plusieurs siècles présentait de plus en plus de danger pour la circulation automobile.C'est avec une infinie tristesse que les habitants de Buigny et les amoureux de l'histoire locale ont vu disparaître le 5 juin 1980,cet arbre dont les maitresses branches portaient tant de souvenirs.
    Aujourd'hui cependant,lors de chaque passage sur la R.N 1,peu avant Buigny,de nombreuses personnes qui connaissent son histoire,se surprennent à tourner la tête vers ce tronc d'arbre séculaire pour le remercier de rappeler cette petite anecdote.
    *Anecdote tiréé d'un vieil article du journal " le Courrier Picard" dont je n'ai plus la date.

    * L'arbre de l'Empereur

    * L'arbre de l'Empereur



    votre commentaire
  • La Paix d'Amiens est le nom donné à la période de paix qui s'annonce avec le Traité d'Amiens signé le 25 mars 1802 entre le Royaume-Uni d'une part, et la France, l'Espagne et la République batave d'autre part.

    La paix dure à peine plus d' un an et prend fin le 18 mai 1803.

    Le traité est signé à l'hôtel de ville d'Amiens par : Joseph Bonaparte pour la France, Lord Charles Cornwallis pour l'Angleterre, José Nicolas de Azara pour l'Espagne et Rutger Jan Schimmelpenninck pour la République batave.

    Etaient présents :  Le premier préfet de la Somme Nicolas-Marie Quinette, Augustin Debray maire d'Amiens, le général Saint-Hilaire commandant des troupes à Amiens.

    Le tableau représentant ce Traité est de Jules-Claude Ziegler (1853).

    La Paix d'Amiens

    La Paix d'Amiens

    La Paix d'Amiensphoto: A.Martin

    A l'occasion du bicentenaire de la Paix d'Amiens (1802-2002) une plaque du souvenir a été apposée sur le mur de l'Evêché (derrière la cathédrale) et dévoilée par son altesse impériale, le prince Charles Napoléon, entouré des représentants du Souvenir Napoléonien et de la fondation Napoléon.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique