• Louis-Chrétien CARRIERE, Baron de BEAUMONT

    Généralement appelé Beaumont ou Beaumont de Carrière 

    Général  CARRIERE  Louis-Chrétien

    Portrait réalisé par Goldy sur Napoléon-Passion

     

    Général de division dans la cavalerie

    Baron d'Empire

    Commandant de la Légion d'honneur et chevalier de la Couronne de fer.



    Né le 14 avril 1771, à Maplacey près de Brouchy, dans la Somme.

    Décédé le 16 décembre 1813 à Metz.

    Général  CARRIERE  Louis-Chrétien

    Armoiries du baron Carrière de Beaumont : coupé ; le premier parti de sinople et de gueules ; le sinople à la pyramide d’argent alaisée ; le gueules au signe des barons militaires ; le second d’argent au sphinx de carnation couché sur une tablette de granit au naturel ; livrées : les couleurs de l’écu ; et le vert dans les bordures seulement.


    Il s'engage le 1er avril 1788 comme simple dragon au régiment des dragons de la Reine, devenu en 1791 le 6ème dragon

    Le 23 novembre 1792, il est nommé sous-lieutenant au 6ème hussards et sert dans l'armée du Nord. Lieutenant le 20 avril 1793, il devient aide de camp du général Alexandre DUMAS le 23 septembre et l'accompagne en Vendée de 1793 à 1796, en Italie de 1796 à 1797, en étant nommé capitaine le 5 octobre 1796. Campagne d'Egypte en 1798-99, il sert dans la province de Gizeh où il s'illustre le 28 juillet 1799. Nommé chef d'escadron le 17 août 1799 et passe au service de MURAT, toujours comme aide de camp. Il le suit en Italie avec l'armée de réserve et se distingue à Verceil le 27 mai 1800, puis à Marengo le 14 juin.

    Chef de brigade le 17 avril 1801, il prend le commandement du 10ème hussards sous Jean LANNES le 1 février 1805 et combat avec panache à Wettingen le 8 octobre, à Amstetten et Austerlitz, ce qui lui vaut d'être nommé général de brigade le 24 décembre 1805.

    Distingué et apprécié par Joachim MURAT qui le nomme premier aide de camp. Il est chargé de s'emparer de Wesel, le 9 mars 1806. On le retrouve ensuite dans toutes les grandes batailles de l'Empire : à Iéna le 14 octobre 1806, où il commande la 3ème division de dragon (5ème, 8ème, 12ème, 16ème et 21ème dragons) qui n'arrive à Apolda que dans la soirée du 14 octobre et participe seulement à la poursuite.

    Le 28 octobre, il est à Prentzlow et devant Dantzig le 14 mai 1807. Pendant la bataille de Friedland, le 14 juin 1807, en remplacement de La Houssaye, il commande la cavalerie légère du 1er corps de la Grande Armée sous BERNADOTTE puis VICTOR.

    En octobre 1808, il est fait baron d'Empire.

    Il est affecté de 1808 à 1811 en Espagne, avec la cavalerie légère (4 régiments), attachée au 1er corps de l'armée d'Espagne de VICTOR. Il se signale tout particulièrement à Uclès le 15 janvier 1809, à Medellin le 28 mars, à Alcabon le 26 juillet, à Talavera où il est blessé le 28 juillet, à Ocana le 19 novembre, au siège de Cadix et à San Pietri le 5 mars 1811.

    Revenu en France à la fin de l'année 1811 ; il commande par intérim la 1ère brigade de la 2ème division de Cuirassiers., puis c'est la campgne de Russie où il dirige une brigade de la division Sébastiani du 2ème corps de cavalerie.

    Il se distingue à Smolensk le 17 août 1812 et à la Moskowa le 7 septmbre 1812.

    . Promu général de division le 4 décembre 1812.

    Au cours des campagnes de Saxe et d'Allemagne, il commande tour à tour la division de la cavalerie légère du 3ème corps sous Michel NEY du 6ème corps sous Nicolas OUDINOT et la 5ème division de grosse cavalerie du 5ème corps. Il charge à Lützen, Leipzig et Hanau.

    Il meurt subitement à Metz le 16 décembre 1813.

    Son nom est inscrit sur l'Arc de triomphe de l'Etoile

    Général  CARRIERE  Louis-Chrétien

    Général  CARRIERE  Louis-Chrétien

    Général  CARRIERE  Louis-Chrétien

     


    votre commentaire
  • François-Alexandre DESPREZ 

    Né le 22 novembre 1778 à Amiens.
    Décédé le 6 août 1833 à Bruxelles.

    Général  DESPREZ  François-Alexandre

     Colonel du génie sous Napoléon 1er

    Général de division en 1825

    Comte

    Grand Croix de la Légion d'honneur

    Grand Croix de l'Ordre de Léopold de Belgique

    Général  DESPREZ  François-Alexandre

    Général  DESPREZ  François-Alexandre

    Fils d'un docteur en médecine, il fit l'école Polytechnique comme élève-officier et devint lieutenant du génie en 1802.Il est affecté à l'armée des Côtes de l'Océan de 1803 à 1805, puis à la Grande armée (1805-1806) avec les batailles d'Ulm et Austerlitz.Promu capitaine en second des sapeurs en 1806, il rejoint l'armée de Naples du roi Joseph, capitaine en premier en 1807, il devient aide de camp du roi Joseph. Chevalier de la Légion d'honneur le 14 mars 1806.

     Il sert ensuite comme chef de bataillon de 1808 à 1811 au service du roi d'Espagne, il est aux sièges de Badajoz et de Saragosse.Chargé en 1812 d'aller rendre compte à l'Empereur de l'état des choses en Espagne, il traversa toute l'Europe et arriva au quartier général de l'Empereur, la veille de la bataille de la Moskowa à laquelle il assista.
    De 1812 à 1814 il sert de nouveau à la Grande armée.En 1814, il est promu colonel du génie employé auprès du général Dessolle.  .Commandeur de la Légion d'honneur le 15 janvier 1815


    Nommé général de brigade et chevalier de Saint-Louis.
    Le 31 mars 1815,il est employé à la 13ème division d'infanterie du général Vichery,du 4ème corps sous Gérard.
    Devient aide de camp de Joseph Bonaparte le 23 mai 1815.


    Mis en non-activité le 1 août 1815.
    Il reprend du service de 1818 à 1831 en exerçant tour à tour les fonctions de maréchal de camp au corps royal d'état-major,de commandant de l'école d'application du corps royal,de chef d'état-major général du 4ème corps de Moncey dans l'armée des Pyrénées et de chef d'état-major de l'armée d'Afrique.

    Envoyé à Bruxelles en 1831 pour l'organisation du service des états-majors de l'armée belge.
    Il y meurt d'une maladie de coeur le 6 août 1833.

    A son inhumation au cimetière de Laeken, le roi Leopold fit déposer sur son cercueil les insignes de Grand Croix de l'ordre de Léopold.

    Général  DESPREZ  François-Alexandre

    Il s'est marié en 1817 avec Elisabeth-Geneviève Bourgeois de Mercey, fille de Louis-Frédéric Bourgeois de Mercey, administrateur général des domaines de l'Empire en Italie, propriétaire du château de La Faloise (80).

    De cette union naîtra une fille : Louise Desprez (1818-1882), mariée en 1835 avec Napoléon Soult de Dalmatie (fils du maréchal Soult).

     


    .


    2 commentaires
  • André  MOURET

     

    Né le 20 novembre 1745 à Saigneville (Somme)

    Mort le 10 octobre 1818 à Versailles

    Général MOURET André

     

    Général de division

    Commandeur de la Légion d'honneur

    Général MOURET André

     

    Fils de François Mouret, magister à Boismont et clerc laïque à Saigneville et de Marie Isembourg.

    Son grand-père Charles était laboureur aux fermes des Bas-Champs.

     

    Il entre au régiment de Penthièvre-infanterie comme simple soldat le 30 octobre 1766.

    Il est nommé caporal en 1770, sergent en 1774, sergent-major en 1777, porte-drapeau au bataillon de garnison du régiment des Flandres en 1781, lieutenant d'une compagnie d'invalides détachée en 1785, élu lieutenant-colonel en second du 3ème bataillon de volontaires des Basses-Alpes en octobre 1791.

    Il passe à l'armée des Alpes en 1792-93, nommé lieutnant-colonel en premier de son bataillon le 1 juillet 1793.

    Nommé général de brigade le 19 août 1793, il participe au siège de Toulon avec Napoléon Bonaparte puis est nommé général de division en octobre 1793.

    Commanadant de la division d'Oneille à l'armée d'Italie, il prend part sous Masséna à l'expédition de Saorgio en avril 1794 puis commande la première division de la côte en septembre suivant.

    Suspendu puis réformé, il est employé provisoirement près la force armée des Bouches du Rhône et commande la première division de la côte à Toulon en novembre 1794, confirmé en janvier 1796.

    Il commandera successivement la 8ème division à Marseille, la 21ème division à Poitiers puis la 3ème demi-brigade de vétérans en juillet 1800.

    Commandeur de la Légion d'honneur le 14 juin 1804.

    Il termine sa carrière comme commandant d'armes à Gênes le 17 septembre 1805, place qu'il évacue le 18 avril 1814.

    Admis à la retraite le 6 octobre 1815.

    Il décède à Versailles le 10 octobre 1818, en son domicile du 105 bd de la Reine à l'âge de 72 ans et 11 mois.

    Il avait épousé en 1786 à La Seyne (Basses-Alpes) Marie-Thérèse-Agathe PASCAL.

    Général MOURET André


    2 commentaires
  • MORGAN Jacques-Polycarpe


    Né le 26 janvier 1759 à Amiens
    Décédé le 27 juin 1843 à Chamarande (Seine-et-Oise)

    Général  MORGAN  Jacques-Polycarpe

     Général de brigade dans la cavalerie sous le Premier Empire

    Général de division en 1818

    Commandeur de la Légion d'honneur

    Chevalier de Saint-Louis

    Général  MORGAN  Jacques-Polycarpe

     
    Il est le descendant d'une famille bourgeoise anoblie, fils de Jean-Baptiste, écuyer et seigneur de Frucourt, Doudelainville, Archeville et autres lieux
    En 1777,il entre comme cadet au régiment de Dillon et prend le grade de capitaine à la légion de Luxembourg en 1782.
    En poste à Brest,puis à Lorient où il est arrêté par lettre de cachet pour avoir quitté son affectation en février 1783 et d'où il s'évade.
    En 1792, il est aide de camp surnuméraire du général Dumouriez et sert à l'armée de Belgique.Il est nommé provisoirement par Dumouriez commandant du 2ème corps de hussards de la liberté le 28 février 1793 et est confirmé dans cet emploi le 1 mars suivant.En 1793 il est blessé d'un coup de sabre à Neerwinden, a la jambe cassée en emportant la redoute d'Halluin puis il sera suspendu comme 'créature de Dumouriez' !!!Il réintègre son emploi à la fin 1794.En mars 1795, il est nommé général de brigade provisoire à l'armée du Nord et prend les commandements des places d'Anvers et d'Ypres. 
     
    Il est destitué comme royaliste en octobre 1795,inscrit sur la liste de déportation en septembre 1797 et détenu à l'île d'Oléron.

    Libéré en janvier 1800,il est réintégré dans son grade par le Premier Consul et mis à la disposition du ministre de la Marine en août 1802.
    Il débarque à Saint-Domingue en mai 1803,mais il est fait prisonnier par les anglais sur la frégate la Créole en allant prendre le commandement de la partie sud de St Domingue.
    Echangé au mois de janvier 1804,il est employé dans la 10ème division militaire comme commandant du département de la Haute-Garonne.

    En 1806,il prend le commandement militaire du département de l'Ariège puis de la Sarthe en 1807.
    En 1809,il est envoyé au camp de Boulogne puis nommé commandant supérieur de la côte depuis Calais jusqu'à Dunkerque.

    En 1810 et 1811,il est employé à l'armée de Naples,chargé de commander à Otrante pour assurer la correspondance avec Corfou.
    En mai 1813,il est affecté à l'armée du Midi en Espagne.

    Il est fait chevalier de Saint-Louis le 17 septembre 1814.
    Le 23 mars 1815,il se rallie aux Cent-Jours.
    Il fut chargé en juin 1815 de la défense de la Somme et de la 16ème division militaire.

    Il est mis en retraite le 4 septembre 1815 et est nommé lieutenant-général honoraire par ordonnance du 8 mars 1818.


    Il décède à Chamarande le 27 juin 1843

    Général  MORGAN  Jacques-Polycarpe

     

    Général  MORGAN  Jacques-Polycarpe

    Livre issu de ses mémoires (edition 1806)

     

      


    votre commentaire
  •  

    BOUBERS-MAZINGAN Alexandre-François-Joseph, comte de .

     

    Né le 5 janvier 1744 à Lihons-en-Santerre (Somme)

    mort le 18 mars 1819 à Paris au 12 rue de Condé.

     

    Marechal de camp (général de brigade) dans l'artillerie

    Officier de la Légion d'honneur

    Chevalier de Saint-Louis

     

    De souche noble, il est baptisé sous condition, fils de Nicolas-Benjamin de Boubers, chevalier, seigneur de Mazingan et de Françoise-Marie-Madeleine de La Houssoye.

    Général  BOUBERS-MAZINGAN

     

    Volontaire en 1757 et 1758 à bord de la frégate corsaire « la maréchale de Belle-Isle » que commandait le brave Thurot, il n’avait alors que 13 ans et n’en signala pas moins son courage dans plusieurs combats.

    Le 31 juillet 1760, il rejoint l’école d’artillerie de La Fère comme aspirant et il est reçu élève en février 1763. Il passe successivement lieutenant en second puis lieutenant en premier au rgt de La Fère-artillerie en 1764 et 1765.

    Le 28 octobre 1774, il est nommé capitaine par commission.

    En janvier 1775, il fait partie, en tant que capitaine, des troupes envoyées à la Guadeloupe, il restera deux ans sur cette île; En 1780 il est capitaine de bombardiers et en 1783 capitaine de canonniers.

    Général  BOUBERS-MAZINGAN

     

    Il est fait Chevalier de Saint-Louis le 10 juillet 1786.

     

    En août 1789, il est attaché à la fonderie de canons de Douai .

    En 1791, il rejoint ses frères d’armes à Rocroi.

    Il est nommé lieutenant colonel du 6ème rgt d'artillerie à pied le 16 mai 1792. Après avoir servi dans l’armée commandée par le général La Fayette, il passe sous les ordres de Dumouriez et se distingue à la bataille de Jemmapes le 6 novembre 1792, aux combats en avant de Liège, aux bombardements de Maestricht et à Nerwinden le 18 mars 1793.

    Après la trahison de Dumouriez, il empêcha la livraison à l’ennemi du parc d’artillerie en faisant prendre aux canons et caissons la direction de Valenciennes.

    Il est nommé colonel le 5 août 1793, et fit en cette qualité les campagnes de l'an II et de l'an III aux armées du Nord et des Ardennes. Pour le récompenser des services qu’il rendit dans différents combats, et notamment à la bataille de Fleurus, il est nommé général de brigade le 31 octobre 1793

     

    Il est maintenu en fonction quoique noble d'origine, par arrêté du 3 février 1794 et prend la fonction de d'inspecteur des places fortes en septembre 1794.

     

    Il est admis à la retraite le 19 novembre 1796 et se retire dans son département.

    Le 23 septembre 1800, il fut nommé commandant d’armes à Calais dans la 16e division militaire par le premier consul.

    Il est définitivement en retraite en mars 1804 et nommé Officier de la Légion d'honneur le 14 juin 1804.

    Général  BOUBERS-MAZINGAN

     

    Il avait épousé le 11 décembre 1787 en l'église St Nicolas de Douai, Rosalie-Josèphe Lemaire de Terrifossé.

     

    Il est décédé le 18 mars 1819 en son domicile du 12 rue de Condé à Paris.

     


    votre commentaire
  • DUVAL de HAUTMARET   Blaise

    Blaise DUVAL  dit.


    Général de Division dans la cavalerie

    Chevalier de Saint-Louis

    Né le 4 septembre 1739 à Abbeville (Somme)
    Mort le 17 janvier 1803 à Neuville près de Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais)

    Général  DUVAL de HAUTMARET



    Fils d'un marchand,il est Garde du corps du Roi en 1758 et lieutenant de dragons aux volontaires de Soubise en 1762,il sert en Allemagne de 1761 à 1762.
    Il est nommé au grade de capitaine en 1766,sert en Corse en 1767-68 puis il est nommé lieutenant-colonel en 1774.Il quitte le légion de Soubise à sa réforme en 1776.
    Il est fait chevalier de Saint-Louis en 1778.
    Il est rattaché à l'infanterie,puis au 5ème régiment de chasseurs-dragons en 1779.
    Lieutenant du roi à la citadelle de Montreuil-sur-Mer en 1786,il est réformé avec les états-majors de cette place le 1 août 1791.
    Lieutenant-colonel sous l'ancien régime,il est affecté au même grade au 1er bataillon de la Somme le 6 septembre 1791.
    Il prend le grade de colonel au 6ème dragons le 23 mars 1792,le 25 août il est nommé provisoirement par Dumouriez,maréchal de camp et chef du camp de Pont-sur-Sambre,il est confirmé dans ce grade par le conseil provisoire exécutif le 7 septembre 1792.
    Il sert sous La Bourdonnaye en septembre,puis affecté à la division du Nord de l'armée de Belgique sous Miranda en novembre,commandant de Bruxelles en décembre.
    Il devient commandant pour le Brabant et le Hainaut le 20 février 1793.
    Il est promu général de division le 3 février 1793 et prend le commandement des places d'Arras,Péronne,Bapaume,Doullens et Saint-Pol le 14 mai 1793,puis celui de Béthune le 1er mai 1797.
    Il est chargé par les administrateurs du dpt du Pas-de-Calais de commander en cas de descente des Anglais,les rassemblements d colonnes mobiles de la côte de Montreuil.
    Réformé le 5 décembre 1797,Il est nommé commandant de la 8ème demi-brigade de vétérans le 18 octobre 1800.

    Conseiller général du Pas de Calais de 1800 à 1803.

    Il était sans ambition et ne se croyait appelé à servir sa patrie que sur le champ de bataille, il a laissé peu de fortune.
    Il meurt à Neuville,près de Montreuil en 1803


    Son nom est inscrit sur l'Arc de Triomphe de l'Etoile
    Une caserne de la ville de Montreuil-sur-Mer a porté son nom

    Il a épousé Marie-Josephe Festamel qui lui donna 2 garçons et trois filles
    L'ainé Jean-Blaise-Alexandre Duval né à Montreuil le 24 juin 1797,d'abord destiné à l'école spéciale de cavalerie du Prytanée,a obtenu une sous-lieutenance au 19ème de ligne en 1814 et son frère cadet choisit d'entrer à l'école impériale de Saint-Germain.


    votre commentaire
  • André-Charles-Emmanuel  DANZEL, seigneur de Rouvroy

     

    Né le 3 novembre 1736 à Aigneville (hameau d'Hocquelus) (Somme)

    mort le 1 novembre 1811 à Paris

     

    Général de brigade -artillerie de marine

    Officier de la Légion d'honneur

    Chevalier de Saint-Louis

     

    Fils d'Antoine Danzel , chevalier et seigneur et de Françoise de Coppequesne

    Volontaire au bataillon de Chabrié dans l'artillerie de terre en 1753, il participe à la conquête de Minorque en 1756.

    Sous-lieutenant, puis lieutenant, il sert en Allemagne de 1757 à 1762 et participe au siège des châteaux de Marburg et de Dillenburg et à la bataille de Grabenstein en 1761.

    Il sert en Corse en 1768 et 1769 où il est grièvement blessé à la cuisse en jetant un pont sur le Vecchio le 4 juin 1769.

    Nommé capitaine au régiment d'artillerie d'Auxonne le 1 janvier 1777.

    Général  DANZEL de ROUVROY

     

    Il obtient la Croix de Saint-Louis en 1778

    En 1781, il est employé à la manufacture d'armes de Saint-Etienne puis en est nommé inspecteur .

    Général  DANZEL de ROUVROY

    fusil à silex modèle 1777, de la manfacture d'armes de Saint-Etienne

     

    En 1786, il devient directeur d'artillerie à Rochefort et en 1787 il est nommé inspecteur des forges, fonderies et manufactures d'armes de la marine.

    Ayant obtenu un brevet de colonel pour prendre rang à Toulon le 28 mars 1796 et chef du parc d'artillerie le 16 janvier 1801.

    Officier de la Légion d'honneur le 14 juin 1804.

    Le 5 août 1804, il est admis à la retraite avec le grade de général de brigade comme ayant plus de 10 ans de grade de colonel, après 51 ans et 3 mois de services effectifs, 9 campagnes de guerre.

    Il décède à Paris le 1 novembre 1811.

    Général  DANZEL de ROUVROY

     


    votre commentaire
  •  

    Louis-Marie d'ESTOURMEL , marquis

     

    Général d' ESTOURMEL Louis-Marie

     

     

     

    Général d' ESTOURMEL Louis-Marie

    Armoiries de la famille d'Estourmel

    Chevalier de l'Empire

     

    Général de division dans la cavalerie

     

    Officier de la Légion d'honneur et chevalier de Saint-Louis

     

    Député de la Somme

     

     

    Né le 10 mai 1744 château de Suzanne (Somme)

     

    Général d' ESTOURMEL Louis-Marie

     

    mort le 13 décembre 1823 à Paris

     

    fils du marquis Louis-François d'Estourmel et de dame Louise-Françoise-Geneviève Le Veneur

     

    Général d' ESTOURMEL Louis-Marie

     

     

    Entre au service comme mousquetaire le 12 mai 1760, 2ème cornette des chevau-légers d'Orléans le 2 mars 1762, il sert en Allemagne.

     

    Réformé avec les chevau-légers le 5 juin 1763, il devient guidon des gendarmes de Provence en 1765, enseigne en 1770 , mestre de camp en 1771, sous-lieutenant aux gendarmes écossais, mestre de camp au rgt de Conti-dragons en 1776.

     

    Nommé chevalier de Saint-Louis le 20 mars 1778.

     

    Mestre de camp lieutenant commandant le régiment de Royal-Pologne-cavalerie en 1782.

     

    Maréchal de camp en 1784, grand bailli d'épée du Cambraisis en 1788, Chargé de présider à l'examen des canaux de navigation en Artois, Flandre, Hainaut et Cambraisis.

     

    Député de la noblesse du Cambraisis aux Etats-Généraux en 1789, il demanda en 1790 que la religion catholique fut déclarée religion d'état.

     

    Inspecteur général des remontes en 1791.

     

    Nommé lieutenant-général le 6 février 1792 ,il servit à l'armée du Rhin avec le commandement d'une brigade (le général Custine l'accusa d'avoir abandonné Kaiserslautern) .

    Arrêté et mis en accusation le 4 avril 1792 et emprisonné à Péronne puis Amiens, il est remis en liberté environ 1 an après .

    Il prit sa retraite et se retira au château de Suzanne.

     

    Président de l'assemblée du canton de Bray sur Somme fin 1795, destitué en sept 1797,il reprit du service et employé à la commission pour la levée de 40,000 chevaux en 1799.

     

    Réformé le 4 janvier 1800, il est nommé député de la Somme en 1805, réélu en 1811, admis à la retraite de 2482 francs par décret du 30 janvier 1809.

     

    Créé chevalier de l'Empire le 20 septembre 1808.

     

    Chef de légion des gardes nationales de la Somme.

     

    Il adhéra à la déchéance de l'Empereur.

    Louis XVIII l'éleva au grade d'officier de la Légion d'honneur.

     

    Il meurt à Paris le 13 décembre 1823, ses funérailles eurent lieu dans l'église Saint-Sulpice, il est inhumé dans la chapelle Saint-Louis à Suzanne.

    Il avait épousé en 1776 Renée de Galard de Brassac.

    Général d' ESTOURMEL Louis-Marie

    Général d' ESTOURMEL Louis-Marie

     


    votre commentaire
  • CHODERLOS de LACLOS  Pierre-Ambroise-François 

     

    Général de brigade dans l'artillerie

    Chevalier de Saint-Louis

     

      Né le 18 octobre 1741 à Amiens (paroisse Saint-Michel).
    Décédé le 5 septembre 1803 à Tarente (Italie).

    Général CHODERLOS de LACLOS



    Fils d'un écuyer secrétaire de l'intendance de Picardie et d'Artois,il fait ses études chez les pères jésuites à Amiens.
    Il entre ensuite à la célèbre école d'artillerie de La Fère comme aspirant en 1758,devient élève au corps royal de l'artillerie en janvier 1760 et obtient le grade de lieutenant en 1761.
    De 1762 à 1783,il est succéssivement en garnison à La Rochelle,Toul,Strasbourg,Grenoble,Besançon,Valence,à nouveau Besançon et La Rochelle.
    Nommé capitaine en 1771,aide-major en 1772,puis capitaine-commandant en 1780.


    Romancier et poète,il collabore à l'almanach des muses en 1767 et publie diverses poésies légères.
    Il publie en mars 1782 le roman "les liaisons dangereuses" qui connaîtra un immense succès
    .

    Général CHODERLOS de LACLOS


    Il se maria le 3 mai 1786 avec Marie Soulange Duperré,fille de l'amiral Jean-Augustin Duperré.
    Il publie ensuite un éloge de Vauban qui ne plait guère,ce qui lui vaut d'être en disgrâce en garnison à Metz puis à La Fère en octobre 1786 !!!

    Il est fait chevalier de Saint-Louis en décembre 1787.


    Secrétaire des commandements du duc d'Orléans,il en devient le confident et aussi l'inspirateur des journées des 5 et 6 octobre 1789.
    Membre de la société des Jacobins,il en rédige le journal dès novembre 1790.
    Il est admis à la retraite le 1 juin 1791 et donne sa démission du club des Jacobins.
    Le 29 août 1792,Danton le nomme commissaire du pouvoir exécutif.
    Il revient aux armées le 22 septembre 1792 comme maréchal de camp, puis chef d'état-major à l'armée des Pyrénées le 1 octobre.Nommé gouverneur général des établissements français situés à l'est du cap de Bonne Espérance le 28 novembre 1792.
     
    Le 31 mars 1793,il est décrété d'arrestation avec les 2 fils du duc d'Orléans et incarcéré à l'Abbaye le lendemain.
    Il donne sa démission de général de brigade le 20 septembre 1793.

    Très ingénieux,il invente les boulets creux,il propose également la méthode de tir à boulets rouges et invente un nouveau système d'affût.

    Général CHODERLOS de LACLOS



    De nouveau arrêté le 5 novembre à Meudon,il est incarcéré à la Force,puis à Picpus où il reste 3 mois au secret.
    Remis en liberté le 3 décembre 1794,il ne peut réintégrer l'armée,il est alors nommé secrétaire général des hypothèques à la fin 1795.

    Général CHODERLOS de LACLOS



    Il applaudit le coup du 18 brumaire de Bonaparte,lui-même artilleur,qu'il avait connu auparavant,il est alors nommé général d'artillerie "en violation formelle des traditions et des réglements de l'armée" en octobre 1799.
    Le 15 février 1800,il est désigné pour l'armée du Rhin sous le commandement du général Eblé,puis à l'armée d'Italie sous Marmont.
    En novembre 1800,il est nommé commandant de la réserve d'artillerie de l'armée d'Italie où il rencontre l'officier Stendhal.
    Il passe ensuite à l'armée de Naples comme commandant le 21 janvier 1803.

    Il meurt de la dysenterie le 5 septembre 1803 à Tarente,on lui fit des funérailles religieuses  grandioses.En 1815, sa tombe fut violée et détruite, ses restes dispersés .

      *Son premier fils,né le 1 mai 1784 à La Rochelle sous le nom d'Etienne Fargeau et reconnu ensuite par ses parents lors de leur mariage,entra à l'école militaire en 1803,fut promu lieutenant de dragons et fit les campagnes de 1804 à 1812,il faisait partie de l'état-major du duc de Raguse quand il fut tué au combat de Berry au Bac le 18 mars 1814.


    votre commentaire
  • Louis-Antoine VIMEUX

     

    Général de division dans l'infanterie

    Baron d'Empire

    Commandant de la Légion d'honneur

    Chevalier de Saint-Louis

     

    Né le 13 août 1737 à Amiens (paroisse St Michel)

    Mort le 23 juin 1814 à Metz

    Général VIMEUX Louis-Antoine

     

    Fils de Charles-Adrien Vimeux ( maître maréchal-charron) et de Marie-Marguerite Alet.

    En 1753, il entre comme simple soldat au régiment de Bassigny et fait les campagnes du Hanovre (Allemagne) de 1757 à 1762 , nommé sergent en 1760, porte-drapeau en 1768, sous-lieutenant de grenadiers en 1778, lieutenant en 1786.

    Chevalier de Saint-Louis le 21 décembre 1788.

    Promu au grade de capitaine le 1 janvier 1791

    Lieutenat-colonel du 32ème d'infanterie le 4 novembre 1792

    Colonel du 35ème d'infanterie le 11 janvier 1793.

    Nommé provisoirement général de brigade par le Conseil de guerre de Mayence le 27 mai 1793 et commandant de la place de Mayence le 28 juin suivant.

    Il passe à l'armée des Côtes de Brest en août 1793, confirmé général de brigade le 30 septembre 1793.

    Affecté à l'armée de l'Ouest le 1 octobre 1793 et sert à Cholet.

    Promu général de division le 4 mars 1794.

    Passe à l'armée des Côtes de l'Océan le 1 janvier 1796 puis reçoit le commandement de la 22ème division militaire de juin 1797 à janvier 1800.

    Général VIMEUX Louis-Antoine

     

    Il est commandant du dépôt de conscrits et réquisitionnaires à Lyon en mars 1800.

    Il passe commandant de 1ère classe à Luxembourg le 19 octobre 1801.

    Commandeur de la Légion d'honneur le 15 juin 1804

    Baron d'Empire le 9 avril 1811.

    Il remet la place de Luxembourg aux alliés le 6 mai 1814 et se replie sur Metz où il meurt d'apoplexie le 23 juin 1814, à l'âge de 76 ans.

     

    Il épousa le 25 avril 1795 à Laleu(Charente-maritime) Marguerite-Charlotte Gaudin-Monlieu.

    *Son frère Jacques-Firmin Vimeux (Amiens 1740-1828) était sculpteur, il travailla surtout à la décoration intérieure dans la cathédrale d'Amiens, il fit également la décoration de l'église de Plessier-Rozinvillers dont le curé était aussi son frère.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique