• Louis-Adrien-Théodore  THORY

     

    Né le 9 septembre 1759 à Montdidier

    Mort le 1 janvier 1826 à Montdidier

     

    * général THORY

     

     

    Général de brigade

     

    Entre au service à 17 ans comme soldat au régiment de Condé-dragons en 1776, il traverse l'Atlantique pour la guerre d'indépendance des Etats-Unis, il combat notamment à Savannah.

    Trois ans après son retour en France, il obtient son congé en 1784 et devient marchand de bas à Montdidier.

    La Révolution lui fait reprendre du service comme officier adjoint à l'état-major de la garde nationale.

    Il  est nommé lieutenant-colonel du 2ème bataillon des volontaires de la Somme en 1791, il est employé à l'armée du Nord de 1792 à 1794, il contribue activement à la victoire d'Orchies les 14 et 15 juillet 1792.

    Nommé général de brigade provisoire le 4 octobre 1793 .

    Il fait campagne à l'armée de Sambre et Meuse 1794-1795

    Confirmé dans son grade de général de brigade et maintenu à l'armée de Sambre et Meuse le 13 juin 1795, envoyé à l'armée de Rhin et Moselle en juillet, puis à l'armée des Alpes et d'Italie en août 1795?

    En convalescence suite à blessures en septembre 1795.

    Mis au traitement de réforme en mars 1797, nommé président du conseil de révision de la 15ème division militaire de 1798 à 1800.

    Il sera adjudant-major de la légion de gardes nationales de Montdidier en 1805.

    Mis en retraite en 1811.

    A son retour il fut entrepreneur du tabac, conseiller municipal et membre de la commission administrative des hospices, son domicile était au 8 rue Saint-Pierre. 

    Il était marié à Geneviève-Florence Courtois.

    Il décède le 1 janvier 1826 à Montdidier.

    Une rue de Montdidier porte son nom.

    * général THORY

     

     

     


    votre commentaire
  • THOMAS Adrien-Martial , vicomte de Saint-Henry


    Baron d'Empire                                      
    Général de brigade 
    Officier de la Légion d'honneur le 14 juin 1804
    Commandeur de la Légion d'honneur le 24 octobre 1814
    Chevalier de Saint-Louis

    Né le 8 août 1767 à Abbeville (Somme)
    mort le 19 juin 1829 à Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais)

    *général  THOMAS Martial



    Sous-lieutenant au Service des Puissances étrangères avant la Révolution,il en est fait mention par les brevets qui lui ont été délivrés par le Directoire.
    Officier d'Etat-Major auprès du Lieutenant-Général Alexis de la Morlière en mai 1792
    Capitaine au 7ème rgt de hussards,devenu le 6ème,en novembre 1792
    Employé près du général en chef Hoche en qualité d'officier d'Etat-Major en fructidor an 2
    Adjudant-général nommé sur le champ de bataille par Hoche en brumaire an 4,après avoir déployé sa bravoure en Vendée
    Employé dans son grade au Ministère de la guerre en ventôse an 4
    Retourné auprès du général Hoche en prairial an 5
    Employé ensuite aux armées d'Allemagne,du Danube et du Rhin;à cette dernière;il a rempli pendant 2 campagnes la fonction de général de brigade à la division Molitor (corps du Lieutenant-général Lecourbe)
    A obtenu un sabre d'honneur par les états du Vorarlberg,il commandait alors la droite de la division Molitor et occupait le poste important de Feldkirch qu'il avait déjà vaillamment défendu l'année précédente.

    *général  THOMAS Martial


    Chef d'Etat-Major de la 2ème division militaire en janvier 1806
    Commandant de la place de Wefel en octobre 1806
    Attaché à l'Etat-Major du maréchal duc de Valmy en mai 1807
    Employé au 2ème corps de la Gironde en novembre 1807
    Employé à l'armée d'Italie en mars 1809
    Chef d'Etat-Major de la 1ère division de dragons sous le général Lamarque puis du comte de Grouchy

    *général  THOMAS Martial

    Lettre de recommandation du général de Grouchy


    Pendant la campagne d'Espagne,il était à Baylen et à la tête de ses braves sous le feu d'une batterie et de douze à quatorze cents anglais,escaladèrent les formidables rochers de l'île de Caprée
    Baron d'Empire le 6 octobre 1810
    En 1812, il était chef d'état-major du 1"corps de cavalerie de la grande armée, et se distingua au passage de la Wilia, en chargeant à la tête d'un régiment prussien, qu'il. avait sous ses ordres, et qui, sur son rapport , obtint plusieurs décorations.

    Le grade de général de brigade fut la récompense de sa belle conduite le 25 novembre 1813.
    Il fit la campagne de 1813, et fut, en 1814, envoyé en mission à Maëstricht par S. A. R. Monsieur.
    Des commissaires prussiens,saxons et hollandais se disputaient la possession de cette place. Les premiers offrirent cinq cent mille francs au général Thomas pour le déterminer à leur livrer sa nombreuse artillerie et tous ses magasins, évalués quatre millions ; il rejeta cette offre, et remit la ville au prince d'Orange, à condition que tout le matériel resterait à la France. Au mois de juillet de la même année, il reçut l'ordre de se rendre en Bohême et en Moravie, en qualité de commissaire du roi pour l'échange des prisonniers de guerre. Au mois d'octobre suivant, on le chargea de la même mission en Russie. Arrivé à Bialystock, il trouva plusieurs colonnes de prisonniers qui refusaient de reconnaître Louis XVIII. Il parvint à gagner la confiance des officiers et des soldats, leur fit jurer obéissance, et les rendit à leur patrie. L'empereur Alexandre, instruit par le maréchal prince Barclay de Tolly, du zèle et de l'activité qu'il avait déployés en cette occasion, le nomma chevalier de l'ordre de Ste-Anne, de la seconde classe.

    Le général Martial Thomas, nommé commandant du département de la Seine-Inférieure , et par intérim, de la 15me division militaire, en 1816, était commandeur de l'ordre de Saint-Léopold ( Autriche ); de la couronne de fer ( Italie ), et desDeux-Sicijes; de l'ordre de Guillaume des PaysBas; grand-croix de celui des quatre empereurs ( Allemagne ) ; chevalier de l'éperon-d'or ( Italie ), etc., etc. Il fut mis en non activité en 1817, revint à Abbevîlle quelque temps après, et se retira ensuite à Montreuil, où il mourut le 19 juin 1829.
    Malgré l'obscurité de ses derniers jours, pouvions-nous oublier cet ancien ami de Hoche, ce vieux compagnon d'armes de Moreau, de Mathieu Damas, de Molitor, de Bernadotte , et de tant d'autres chefs illustres.

    *général  THOMAS Martial

     * Son frère Louis-Charlemagne THOMAS

    Graveur de son métier,élève et cousin de Beauvarlet

    Contraint d'abandonner son art pour voler à la défense de la patrie en 1792, il devint capitaine dans le 3ème bataillon de Paris, il mourut sur le champ de bataille aux avant-postes d'Aix-la-Chapelle le 1 mars 1793.

    source:Biographie d'Abbeville et de ses environs


    votre commentaire
  • Adrien-Hippolyte-Arthur  FOY

    Surnommé  " Le petit général "

     

    Né le 4 janvier 1793 à Ham (Somme)

    Mort le 24 mars 1877 à Paris

    Fils d'Honoré-Fabien Foy, neveu du général Maximilien-Sébastien Foy et frère ainé du capitaine Vincent-Louis-Alphonse Foy.

     

    Lieutenant-aide de camp sous Napoléon 1er

    Général de division sous le Second Empire

    Grand Officier de la Légion d'honneur

     

    * FOY  Adrien-Hippolyte-Arthur 

    Elève de l'école de Saint-Cyr en 1809 puis sous-lieutenant au 69ème régiment d'infanterie de ligne.

    Il fit les campagnes de 1812, 1813 et 1814 à l'armée d'Espagne et celle de 1815 en Belgique comme aide de camp de son oncle le général Maximilien-Sebastien Foy.

    Chevalier de la Légion d'honneur le 9 septembre 1814

    A l'époque du siège d'Alger en 1830, il était capitaine et aide de camp du général Damrémont.

    Officier de la Légion d'honneur le 29 mars 1831.

    Il remplit plusieurs missions en Afrique avec le titre de colonel et d'aide de camp du ministre de la guerre, il participa à la bataille d'Isly.

    Commandeur de la Légion d'honneur le 20 décembre 1843.

    Après avoir commandé successivement les départements de la Drôme, de la Haute-Saône et de la Somme avec le grade de maréchal de camp en date du 23 août 1846.

    Il fut nommé général de division le 10 août 1853 et commanda la 12ème division militaire à Toulouse de 1855 à 1858, d'où il est passé dans le cadre de réserve.

    47 ans de service, 9 campagnes de guerre et 2 blessures.

    Elevé à la distinction de Grand Officier de la Légion d'honneur le 31 décembre 1857.

    Il décède célibataire et laisse pour héritier un frère et trois neveux.

    Il est inhumé au cimetière du Père Lachaise, au pied du tombeau monumental de son oncle Maximilien.

    * FOY  Adrien-Hippolyte-Arthur

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique