• Claude-César-Saint-Alire  JUDEY

    * JUDEY  Claude-César-Saint-Alire

     

    Né le 20 mars 1783 à Abbeville (Somme)

    Mort le 3 juillet 1840 à Abbeville

    Fils de François-Dominique-Frédéric Judeÿ (docteur en médecine) et de Marguerite-Geneviève Meurice.

    * JUDEY  Claude-César-Saint-Alire

    Lieutenant-colonel d'artillerie

    Chevalier de la Légion d'honneur en 1809 puis officier en 1815

    Chevalier de Saint-Louis en 1825

    * JUDEY  Claude-César-Saint-Alire 

    Entré au service le 17 janvier 1804 au 5ème régiment d'artillerie à cheval

    Fourrier le 1 juillet 1806

    Maréchal-des-logis chef le 15 mars 1808

    Lieutenant en second le 3 juin 1809

    Lieutenant en premier le 17 février 1812

    Capitaine en second le 14 février 1813

    Capitaine en premier le 9 septembre 1813

    Capitaine en second le 1 septembre 1814 lors de la réorganisation

    Nommé Lieutenant-colonel d'artillerie à Saint-Omer

    * JUDEY  Claude-César-Saint-Alire

    * JUDEY  Claude-César-Saint-Alire


    votre commentaire
  • Pierre-Antoine GLACHANT

     

    Né le 28 juin 1756 à Ham (Somme)

    Mort le 25 février 1808 à La Fère (Aisne)

      

    Chef de bataillon-commandant

    Chevalier de la Légion d'honneur

     

    Soldat le 20 février 1775 dans le régiment du Poitou.

    Il embarqua pour les colonies en 1779 et 1780, il devint caporal le 1 mai 1779.

    Sergent en septembre 1783, sergent-major le 14 septembre 1787 et adjudant le 12 janvier 1791.

    Au commencement de la guerre il obtint en Champagne le grade d'adjudant-major le 1 mai 1792 et celui de capitaine à l'armée de Moselle le 16 mars 1793.

    Blessé à Maroilles le 7 floréal an II, il passa chef de bataillon à l'armée de Sambre et Meuse le 18 fructidor suivant.

    * GLACHANT Pierre-Antoine

    Il se retrouva dans l'Ouest au commencement de l'an V et fut placé comme chef de bataillon titulaire le 11 prairial an VII dans la 48ème demi-brigade de bataille devenue plus tard le 48ème régiment de ligne.

    * GLACHANT Pierre-Antoine

    Le 27 frimaire an IX, il était à l'affaire de Schouenstadt avec l'armée du Rhin, où à la tête de son bataillon il fit rendre les armes à 400 cavaliers autrichiens.

    Membre de la Légion d'honneur dans la promotion du 25 prairial an XII, étant alors en Hanovre.

    Il fit les campagnes d'Autriche et de Prusse avec la 2ème division du 3ème corps de la Grande Armée.

    Il quitta les bataillons de guerre à Donnau le 12 février 1807 pour rentrer en France, ne pouvant plus en raison de son âge avancé, supporter les fatigues de la guerre.

    Admis à la retraite le 3 mai 1807, il se retira à La Fère où il mourut le 25 février 1808. 


    votre commentaire
  • Jean-Baptiste-Antoine  FONTAINE

     

    Né le 29 avril 1764 à Amiens (paroisse Saint-Rémi)

    Mort le 10 octobre 1844 à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines)

    Fils de François Fontaine et de Marie-Jeanne Debray

     

    * FONTAINE Jean-Baptiste

     

    Colonel de cavalerie

    Chevalier de la Légion d'honneur

    Chevalier de Saint-Louis

     

    * FONTAINE Jean-Baptiste  

    Entré au service comme dragon au régiment Dauphin le 27 septembre 1781

    Brigadier le 17 décembre 1785

    Maréchal des logis le 17 mars 1791, mdl-chef le 16 juillet 1791

    Sous-lieutenant le 17 juin 1792

    Lieutenant le 1 germinal an  II

    Capitaine le 1 nivôse an V

    * FONTAINE Jean-Baptiste

    Drapeau du royaume de Naples en 1808

    Passé à la garde de l'ex-roi de Naples Joseph Bonaparte le 12 septembre 1808

    Nommé chef d'escadron à la gendarmerie d'élite de la garde le 30 décembre 1808

    Passé aux vélites à cheval de la garde le 26 mars 1809

    Nommé colonel le 2 décembre 1811

    Maréchal de camp au service de Naples le 10 février 1814

    Rentré au service en France et nommé colonel de cavalerie par ordonnance du roi, le 5 septembre 1816.

    * FONTAINE Jean-Baptiste

    Mis en non-activité le 5 novembre 1816 jusqu'au 1 juillet 1818.

    * FONTAINE Jean-Baptiste

     

     


    votre commentaire
  • Jean-Baptiste  FERTEL

     

    Né le 25 mars 1756 à Saint-Aubin-les-Amiénois (Somme)

    de nos jours Saint-Aubin-Montenois

    Mort le 16 avril 1832 à Orléans

     

    Major dans l'infanterie

    Chevalier de la Légion d'honneur

     

    Il entre au service comme soldat dans le régiment de dragons de Noailles le 18 octobre 1777, il y fut brigadier en 1782 et obtint son congé le 26 octobre 1785.

    Elu capitaine le 18 octobre 1792 dans le 27ème bataillon des réserves d'infanterie.

    Il rejoignit l'armée du Nord dès le commencement de la guerre, pendant la campagne de l'an II, à Pontamarch il résista avec 600 hommes à une colonne de plus de 4000 Autrichiens, ce qui donna le temps à l'armée d'effectuer sa retraite.

    Nommé chef de bataillon à l'armée de l'Ouest le 20 brumaire an III, il fut ensuite envoyé en Italie en l'an V et se trouva le 22 brumaire à l'affaire de Saint Martin où il fit des prodiges de valeur.

    * FERTEL  Jean-Baptiste

    Blessé d'un coup de feu à Arcole le 25 du même mois, il ne voulut quitter le champ de bataille que lorsque épuisé par la perte de son sang, il tomba dans las bras de ses soldats.

    * FERTEL  Jean-Baptiste

    De retour en France, il fut employé en Vendée.

    Il retourna en Italie en l'an VIII avec l'armée de réserve, il combattit au passage du Pô où avec 5 compagnies, il soutint pendant toute la journée le feu de 1500 Autrichiens, il leur fit plus de 200 prisonniers et facilita ainsi le passage de sa division.

    A Marengo, il reçut une balle dans la tête et resta avec ses troupes, refusant de se faire panser jusqu'au moment où la victoire fut acquise.

    Membre de la Légion d'honneur le 25 prairial an XII au camp de Saint-Omer, il servit dans l'intérieur jusqu'à la fin de 1806.

    * FERTEL  Jean-Baptiste

    Il fit la campagne de 1807 avec le 5ème corps de la Grande Armée, il commanda le 5ème rgt provisoire de manière à mériter les éloges du maréchal Berthier lors de son passage à Berlin.

    Il fut promu major du 57ème rgt d'infanterie de ligne le 6 septembre 1808, il en eut le commandement durant la campagne de l'Escaut à l'armée du Nord du 19 août au 30 novembre 1809.

    Il prit sa retraite le 4 mars 1810.

    Il meurt à Orléans le 16 avril 1832.

    * FERTEL  Jean-Baptiste


    votre commentaire
  • François-Félix CAILLE

     

    Né le 21 avril 1759 à Amiens (Somme)

    Mort le 7 janvier 1828 à Amiens

    Fils de Louis Caille et de Marie-Jeanne Bernard

    Frère du chef d'escadron François-Bernard Caille

    *Lieutenant-colonel CAILLE

     

    Lieutenant-colonel

    Chevalier de l'Empire

    Chevalier de la Légion d'honneur et chevalier de Saint-Louis 

     

    *Lieutenant-colonel CAILLE

    Il commence sa carrière dans le régiment de dragons de Conty le 25 mars 1777.

    Louis XVI daigna signer son premier brevet d'officier, cette grâce ne s'effacera jamais de sa mémoire.

    De 1777 à 1809, il sert au 4ème dragons sans discontinuer, il sera brigadier en 1785, fourrier en 1786, maréchal des logis en 1788, maréchal des logis-chef en 1789, sous-lieutenant en 1792, lieutenant en 1793 et capitaine le 1 prairial an II.

    Il fait les campagnes à l'armée de Moselle, Rhin et Moselle, d'Angleterre, Gallo-Batave, côte de l'océan.

    Les ans 13 et 14, il est avec la Grande Armée en Autriche, de 1806 à 1807 en Pologne où le 3 mars 1807, il est blessé au bras gauche par un coup de feu.

    Nommé chevalier de la Légion d'honneur le 14 avril 1807 et chef d'escadron le 22 avril 1807.

    *Lieutenant-colonel CAILLE

    Le 14 juin 1807 à la bataille de Fiedland, il reçoit deux coups de feu à la cuisse droite et un coup de feu à la tête qui occasionnera une forte commotion au cerveau, il resta sans connaissance sur le champ de bataille.

    De 1808 à 1809, il est à l'armée d'Espagne.

    Il a de fréquents vertiges avec perte de mémoire, ce qui déterminera le médecin militaire à le mettre hors d'état de continuer son service, il est mis en retraite le 16 novembre 1809.

    Titré chevalier de l'Empire le 9 décembre 1809

    *Lieutenant-colonel CAILLE

    Il reprend pourtant du service le 10 avril 1812 comme chef de la 49ème cohorte au camp de Boulogne, cohorte composée de jeunes gens issus du premier ban de la garde nationale, activée par l'Empereur peu de temps avant son départ pour la campagne de Russie.

    Incorporé dans le 149ème rgt de ligne comme major (Lt-colonel) par décret impérial du 13 mars 1813, il fait campagne avec la Grande Armée.

     Il fait la campagne de France en 1814 où il a son cheval tué sous lui à Fère-Champenoise le 25 mars, il est fait prisonnier de guerre.

    Il rentre au pays par échange le 16 avril 1814.

    Chevalier de Saint-Louis le 20 août 1823.

    Il meurt le 7 janvier 1828 à Amiens, il est enterré au cimetière de La Madeleine.

    32 ans et 5 mois au service de la France.

    *Lieutenant-colonel CAILLE

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique