• Accueil

    Soldats Samariens sous la Révolution et l'Empire

    Soldats Samariens sous la Révolution et l'Empire

     

    Accueil

    Accueil

    Accueil

    *Les Samariens sont les habitants du département de la Somme 

    De 1789 à 1815, en un peu plus d'un quart de siècle le département de la Somme a donné de nombreux soldats aux armées françaises.

    Il faudrait des livres entiers pour énumérer les titres et décorations dont ils ont été honorés, narrer leurs faits d'armes ou parler de leurs blessures, de leurs souffrances, de leurs mutilations.

    La chape du temps est tombée sur ces héros, leur souvenir ne subsiste plus qu'à travers quelques plaques émaillées à l'angle des rues, des tombes, parfois des mausolées dans les églises et les cimetières, des cahiers où ils ont écrit leurs exploits mais qui dorment aujourd'hui dans les greniers.

    Parfois un de leurs descendants a tenté de reconstituer l'itinéraire glorieux de son aïeul.

    Mais pour la plupart d'entre eux, ils ont rejoint la cohorte des " oubliés de la gloire ".

    Je me propose de vous faire partager le fruit de mes recherches en commençant par les officiers généraux.

    Accueil

    « Au commencement de ce siècle, la France était pour les nations un magnifique spectacle. Un homme la remplissait alors et la faisait si grande qu'elle remplissait l'Europe. Cet homme, sorti de l'ombre, était arrivé en peu d'années à la plus haute royauté qui jamais peut-être ait étonné l'histoire. Une révolution l'avait enfanté, un peuple l'avait choisi, un pape l'avait couronné. Chaque année, il reculait les frontières de son Empire... Il avait effacé les Alpes comme Charlemagne et les Pyrénées comme Louis XIV ; il avait construit son État au centre de l'Europe comme une citadelle, lui donnant pour bastions et pour ouvrages avancés dix monarchies qu'il avait fait entrer à la fois dans son Empire et dans sa famille. Tout dans cet homme était démesuré et splendide. Il était au-dessus de l'Europe comme une vision extraordinaire. »

    (Victor Hugo. Discours à l'Académie Française, le 3 juin 1841).

                                                                                             

    Accueil

    Accueil