• généraux et Officiers nés hors du dpt

    Ces militaires ne sont pas nés dans le département de la Somme mais ils y ont de très fortes attaches, ils s'y sont bien souvent mariés, ils y ont habités et décédés.

     

    généraux nés hors du dpt

     

     

     

  • Hypolite-Joseph BOUT

     

    Né le 13 septembre 1788 à Cambrai (Nord)

    Décédé le 16 décembre 1857 à Abbeville (Somme)

    * BOUT  Hypolite-Joseph

     

    Capitaine d'infanterie de ligne

    Capitaine-commandant la place de Béthune

    Chevalier de la Légion d'honneur le 4 juillet 1823

    Officier de la Légion d'honneur le 20 avril 1839

    * BOUT  Hypolite-Joseph

     

    Entré au service le 13 janvier 1807 aux vélites chasseurs de la Garde.

    Fait les campagnes de 1807 avec la Grande Armée.

    Fait la campagne d'Espagne en 1808 et celle d'Allemagne en 1809.

    Blessé à la jambe et à la poitrine en Prusse.

    Nommé sous-lieutenant au 36ème rgt d'infanterie légère le 13 mars 1811.

    Lieutenant le 5 juin 1813 et capitaine le 9 octobre 1813.

    Armée de la Loire en 1815.

    Licencié le 27 septembre 1815.

    Rentré en activité dans son grade au 3ème bataillon de la Légion le 16 août 1817, qui devient le 21ème rgt d'infanterie de ligne  le 12 avril 1819.

    Fait la campagne d'Espagne de 1823.

    Nommé capitaine du 47ème rgt d'infanterie et commandant de la place de Béthune jusqu'en avril 1843.

    * BOUT  Hypolite-Joseph

     


    votre commentaire
  • François-Joseph DUMONCHY

     

    Né le 14 mai 1784 à Romescamps (Oise)

    Décédé le 26 juillet 1858 à Frettemolle (Somme)

    * DUMONCHY  François-Joseph

    Lieutenant au 59ème régiment d'infanterie de ligne.

    Chevalier de la Légion d'honneur le 3 décembre 1853

    Maire de la commune de Frettemolle de 1853 à 1857

    * DUMONCHY  François-Joseph


    votre commentaire
  • Alphonse-Nicolas LERMINIER

     

    Né le 28 mai 1788 à Paris

    Décédé le 8 avril 1872 à Paris

    Il est inhumé à Estreboeuf (hameau de Neuville) ,Somme.

     

    Il entra à l'école spéciale militaire de Fontainebleau le 22 septembre 1805.

    Caporal le 1 juin 1806 et sous-lieutenant le 22 septembre 1806.

    Il entra au 7ème régiment de dragons et partit en Italie faire la campagne de Calabre.

    En 1809, il fait la campagne contre les Autrichiens en Italie, Autriche et Hongrie, se distinguant le 8 mai 1809 au passage de la Piave, puis en juillet à Wagram où il fut blessé d'un coup de feu.

    Il passera Lieutenant le 11 juillet 1810, puis prendra part à la campagne de Russie en 1812 sous les ordres du colonel Sopransi.

    Il sera présent à la bataille de la Moskowa où il fut blessé d'un coup de sabre en chargeant.

    Le 14 septembre 1812, Napoléon entre dans Moscou avec la Grande Armée, le 17 septembre, il y recevra la Légion d'honneur.

    Il participera à la retraite d'octobre-novembre et appartiendra aux "escadrons sacrés", franchissant la Bérézina.

    Nommé capitaine, il fera la campagne d'Allemagne, il dera blessé d'un éclat d'obus à la tête, le 16 octobre 1813 à la bataille de Leipzig.

    En janvier 1814, le général Sopranski, en convalescence à Paris, le demanda comme aide de camps.

    Pendant la campagne de France, il sera chargé de conduire des prisonniers de guerre à Amiens.

    Il combattra à Troyes où il sera de nouveau blessé d'un coup de lance au bras le 4 mars 1814.

    Devenu chef d'escadron sous les Bourbons le 13 décembre 1814 et mis en demi-solde.

    Il retrouva son activité avec Napoléon le 1 mai 1815 et prendra part à la campagne de Belgique.

    A Waterloo, en soutenant la retraite, il eut son cheval tué qui se renversa sur lui, il fut fait prisonnier et conduit en Angleterre où il resta 6 mois.

    En 1816, il devient aide de camp du lieutenant-colonel Charles de Lameth et, en 1818 il fut compris dans le Corps Royal d'Etat-Major, puis mis en disponibilité en 1819.

    Le 24 février 1830, il fut attaché à l'Etat-Major général de l'expédition d'Afrique et rentra en France le 17 juillet suivant.

    Le 22 février 1831, il sera nommé Lieutenant-colonel d'Etat-major et le 26 novembre 1832 il deviendra chef d'Etat-Major de la 18ème division militaire en Côte d'Or, puis mis en disponibilité le 31 mai 1833.

    Célibataire, il sera admis à la retraite le 3 octobre 1835 avec une pension de 2145 francs et déclara résider à Paris.

    Il y meurt le 8 avril 1872 au 12 bis rue Oudinot, il sera inhumé au tombeau d'Estréboeuf dans la Somme, où reposait son ami Gustave Pérache qui avait fait construire cette chapelle pour un coût de plus de 30.000 francs, en façade l'inscription " Amicus, amico" rappelle leur vieille amitié.

    Le château en face fut la propriété de Gustave Pérache puis celle probablement de Lerminier qui lui survécut, c'est là qu'il signera son testament.

    Il eut pour maîtresse la veuve du maréchal Berthier, mort en 1815, Elisabeth de Bavière et vécut avec pendant une trentaine d'années avant qu'elle ne soit emportée par le choléra.

    LERMINIER  Alphonse-Nicolas

    Cette chapelle de style néoclassique est parfaitement restaurée grâce à la commune et à de généreux donateurs. Ce style architectural fait appel aux éléments gréco-romains en utilisant un fronton, des colonnes, un portique et des proportions harmonieuses. Sous le fronton, on peut lire : « Amico Amicus ». Cette citation latine rend hommage aux deux personnages qui sont inhumés à cet endroit : Gustave Pérache (1789-1860) et Alphonse Lerminier (1788-1872), qui ce dernier, a reçu la Légion d’Honneur en 1812 par Napoléon 1er après être entré dans Moscou lors de la Campagne de Russie.


    votre commentaire
  • Auguste-Joseph TRIBOUT

     

    Né le 24 novembre 1766 à Eswars (Nord)

    Décédé le 25 mars 1834 à Bellancourt (Somme)

     

    Il entre au service le 26 juin 1783 comme soldat au régiment de Flandre.

    Il devient caporal le 4 novembre 1787 et quitte le service le 16 août 1789.

    Il reprend du service dès le 20 août 1789 comme caporal dans la Garde Nationale soldée de Paris.

    Le 15 décembre 1790, il passe capitaine dans la Garde nationale de son canton.

    Le 12 janvier 1792, il est tambour-major au 2ème bataillon des volontaires de Seine-Inférieure.

    Il est nommé Lieutenant-colonel en second de ce bataillon le 16/9/1792.

    Promu général de brigade le 22/8/1793 général de division le 30/9/1793 et commandant de la place de Brest.

    Le 18/11/1793 il est battu par les Vendéens à la bataille de Pontorson, il est alors destitué le 28/9/1794 et le 9/9/1796 rétrogradé comme chef de bataillon, sans affectation.

    Rappelé à l'activité le 22/2/1799 comme chef de bataillon à la suite, le 23/8/1799 il prend le commandement du 1er bataillon auxiliaire de la Somme et employé à l'armée du Rhin.

    Réformé le 23/9/1800.

    Remis en activité le 6 juin 1811 comme commandant du 16ème bataillon des prisonniers espagnols, employé aux travaux de Cherbourg jusqu'au 30 avril 1814.

    Mis en demi-solde le 1 août 1814 ett admis à la retraite le 31 janvier 1815.

    Il se retire à Bellancourt et y meurt le 25 mars 1815.

    * TRIBOUT Auguste-Joseph


    votre commentaire
  • Auguste-Louis-Gabriel de Montaigu

    Comte de l'Empire en 1810

    Colonel de cavalerie

    Chambellan de Napoléon 1er

    Chevalier de la L-H en 1812

    Officier de la LH le 22 août 1814

    * Montaigu Auguste-Louis

     

    Né le 2 février 1780 à Paris

    Mort le 19 juillet 1846 à Paris

    Possédait le château de Sailly-Saillisel (près de Péronne)

    Fils de Charles-François-Louis-Antoine de Montaigu et de Louise-Françoise-Joséphine de Sailly.

    * Montaigu Auguste-Louis

    Ce document a été fait et signé au château de Sailly.

    * Montaigu Auguste-Louis

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique